Je m’étais permis, il y a quelques jours d’oser ironiser sur le gout de notre alors président, depuis candidat, pour le « suspens ». Comme le remarque Isabelle Dupont dans Nord Eclair d’aujourd’hui (1), le Maire actuel lui aussi : « À chaque échéance électorale, depuis des décennies, Gérard Caudron a su ménager le suspens, » Et il semble qu’il ait érigé en règle de vie politique la phrase de son mentor, François Mitterrand selon laquelle on ne « sort de l’ambiguïté qu’à ses dépends » Ainsi il confirme qu’il n’a « donné son parrainage à aucun candidat à la présidentielle » et il ne précise pas aujourd’hui s’il gardera son vote final pour lui comme lors des deux élections présidentielles précédentes. Il semble même vouloir ériger son comportement de 2002 en habitude : « « Je donnerai ma décision au soir du premier ou deuxième tour de la présidentielle. » (2) En tout état de cause il n’exclue pas d’être lui-même candidat « Ça dépendra » dit-il seulement tout en taclant la candidate socialiste qualifiée de « en service commandé de Martine Aubry » et en gratifiant son concurrent écolo d’avoir « le profil villeneuvois (et) moins lillois » ( ?) sans aller jusqu’à dire qu’il voterait pour lui. Après tout si l’essentiel est de n’être « pas lillois » on ne doute pas que le maire actuel soit un candidat putatif ! Par contre il confirme sa candidature à la prochaine municipale, semblant négliger qu’il s’agit d’une élection par listes, mais relance probablement très consciemment les supputations des un(e)s et des autres (3) en précisant, contrairement à ce qu’il avait affirmé avec force il y a quelques semaines : « Peut-être pas un mandat complet, ça dépendra de ma santé »
(1) http://www.nordeclair.fr/Locales/Villeneuve-d-Ascq/2012/02/18/gerard-caudron-entend-faire-avancer-ses.shtml___##18##___ (2) On se souvient, certains avec peine, que c’est au soir du tragique premier tour de la présidentielle de 2001 qu’il avait annoncé … sa candidature à la législative qui devait suivre.
(3) Mais à vrai dire pas vraiment les miennes.