Grande nouvelle, qui change évidemment toutes les données de la prochaine élection présidentielle : Claude Allègre soutient Sarkozy ! Nous lui devons des remerciements. La dernière fois il jouait les traitres avec un (tout) petit peu moins de brio que l’infâme Besson, sans aller jusqu’au bout, en se contentant de répandre son fiel contre la candidate désignée par les militants de son parti. Cette fois-ci il met tout son poids au service du président sortant. Point n’est besoin d’imaginer je ne sais quel complot qui ferait de lui un agent de l’adversaire dés son accession au ministère de l’Education Nationale sous Jospin, où il avait pourtant en effet fort bien œuvré pour éloigner de la gauche ceux des enseignants qui lui étaient restés fidèles malgré les déceptions de l’abandon du Grand Service Public Laïque de l’Education Nationale de 1983. Cette fois il crache son venin contre le candidat issu des primaires, remâchant avec délectation sa haine contre ceux qui n’ont pas mesuré assez justement ses qualités. Celui qui a été un grand intellectuel fait le choix de soutenir le Président sortant. Fort bien. Il fait le choix de rejoindre les Guéant, les Morano, les Boutin. Fort bien encore. Une partie de la gauche le détestait. Maintenant elle peut aussi le mépriser.