Comme il m’arrive parfois d’user d’une dose d’ironie, je le précise d’entrée il n’y en a pas une once dans le présent message C’est en effet plutôt avec plaisir que je lis dans Nord Eclair (http://www.nordeclair.fr/Locales/Villeneuve-d-Ascq/2012/02/20/une-etape-forte-pour-les-fideles.shtml) que participaient à la bénédiction de la statue ornant désormais l’église de la Cousinerie « le maire et des élus  La présence du 1er magistrat au coté de l’évêque ne me gêne pas plus que quand les protestants du Triolo ouvrent une exposition  « en présence du maire, Gérard Caudron » (http://www.nordeclair.fr/Locales/Villeneuve-d-Ascq/2012/02/20/une-exposition-des-talents-pour-les-30-a.shtml)
 J’ai été favorable en son temps à l’édification d’une église catholique à la Cousinerie, il m’est arrivé de participer comme élu avec les Protestants à la commémoration des 400 ans de l’Edit de Nantes, et j’ai été favorable à ce que la ville, sans s’investir financièrement conformément à la loi de 1905, ait rendu possible la construction de la mosquée dans le quartier de la Résidence. La présence d’élus à des moments forts de la vie de ces communautés qui font partie de la ville ne me gêne donc pas plus que leur participation à telle ou telle manifestation d’une association, fusse la Libre Pensée qui « fêtait » joyeusement le mois dernier … la décollation de Louis XVI.
Cela me donne me semble-t-il le droit d’espérer que tous les laïques sourcilleux feront preuve du même esprit de tolérance œcuménique. Après tout, s’il y a plusieurs demeures dans la maison du père, il doit y en avoir aussi plusieurs dans la ville du maire.

Le quel maire (actuel) fait aussi preuve d’œcuménisme, mais politique celui-là, en confiant qu’il trouve la campagne présidentielle « lassante » tout en distribuant un satisfecit à Jean Luc Mélanchon « héros de la lutte contre le « système », … et à Martine Aubry qui « est aux fourneaux » Propos que l’on peut du reste assez largement partager. J’ai entendu avec le même plaisir ce dimanche le tempétueux Jean-Luc asséner avec force et vigueur les fondamentaux de la gauche et le déjà très présidentiel François refuser de se laisser entraîner dans le « combat de boue » où voudrait l’emmener le Président sortant qui a le culot de chercher à apparaître comme … l’homme du changement !